La liste de "Dis son nom" : quand le remède est pire que le mal

Écrit par
Lyne Gaudreault

La liste de "Dis son nom" : quand le remède est pire que le mal

Écrit par
Lyne Gaudreault

La liste de "Dis son nom" : quand le remède est pire que le mal

Écrit par
Lyne Gaudreault

#dénoncerlesdénoncementsanonymes #passurlesréseauxsociaux et la fameuse liste « Dis son nom »...

Avez-vous vraiment lu un à un tous les noms inscrits sur cette liste? Moi, oui! Et ce que je peux vous en dire, bien c'est que certains noms soient si rares ou que les informations données sur « l'agresseur potentiel » font en sorte qu'il ne peut pas y avoir de malentendu sur la personne visée, à tort ou à raison, il y a une quantité impressionnante de noms qui sont portés par de très nombreux hommes au Québec.

Déjà que la présomption d'innocence en a pris pour son rhume depuis fort longtemps (il est accusé, donc coupable, me semble que c'est évident. Il faut croire que les procureurs, les juges et jurys ne sont que de bouffons qui ne servent à rien dans la tête des gens) alors, le mot « potentiels » en haut de cette liste sert bien plus à démontrer un semblant du respect de la loi en matière de diffamation parce qu'il n'y a pas grand monde qui en tient vraiment compte.

Donc, des victimes innocentes il y en a tellement que leur nombre est hallucinant. Des hommes se demandent s'il s'agit d'eux et surtout pourquoi, qui se creusent la tête pour se demander si, à un moment donné, ils auraient pu faire une remarque, donner un baiser, démontrer de l'intérêt vis-à-vis d'une femme qui aurait pu être mal vécu (je dirais plutôt mal perçu).

Pire encore, des employeurs, des conjointes, des enfants qui demandent une démonstration d'innocence qui ne peut pas être faite puisqu'ils ne savent même pas ce qui leur est reproché ni de la part de qui, pour autant qu'il s'agisse bien de la personne réellement visée. Vous voyez un peu le bordel?

Et je me demande bien la définition de toutes les inconduites sexuelles qui se trouvent dans les paramètres des personnes qui sont derrière cette liste. Je ne serais pas étonnée que plusieurs ne soient pas reconnus comme des comportements criminels. Je ne serais pas étonnée non plus que certains noms y soient pour les mauvaises raisons, une pure vengeance contre un ex-conjoint ou ex-employeur, mais on ne peut pas savoir puisque c'est... anonyme!

Et de grâce, ne m'avancez pas l'argument que cet exercice de réflexion est socialement une bonne chose parce que certains groupes féministes ne se gênent pas pour taper sur la tête des hommes depuis plusieurs années au Québec***. Et je vais vous dire que ça fait bien plus de torts aux femmes en général que vous ne pouvez l'imaginer.

Des opportunités d'emplois qui leur passent sous le nez parce que les hommes sont devenus paranoïaques vis-à-vis des femmes et qu’ils ne veulent plus prendre le risque d'engager une femme avec laquelle ils auraient à travailler étroitement par peur de se faire accuser de harcèlement sexuel par la suite, voir pire.

Il en va de même pour le flirt. Déjà que les hommes québécois attendaient une démonstration d'intérêt avant de faire un pas, nombreux sont ceux qui préfèrent maintenant rester célibataires et se tourner vers la pornographie ou des escortes plutôt que de risquer de se voir accuser de viol le lendemain malgré un consentement clair donné la veille. Il y a des boutiques érotiques qui se font des fortunes en vendant des gadgets sexuels personnels...

De toute façon, ils se font quand même taxer d'entretenir l'asservissement sexuel des femmes. Vilain patriarcat, dites-vous? C'est presque un piège sans issue pour les hommes, même pour ceux ayant la meilleure volonté du monde.

Tant qu’à y être, pourquoi pas une autre liste: celle des femmes qui abusent, ou ont abusé, d'adolescents, d'hommes, jeunes et moins jeunes,ainsi que celles qui harcèlent, ou ont harcelé, leur conjoint ou leurs employés afin d'avoir une relation sexuelle.

Il a eu une érection, a éjaculé, alors c'est qu'il a aimé. De toute façon, les hommes ont toujours envie de sexe. Deux dogmes qui sont totalement faux, mais qui valent aux hommes de subir en silence des relations sexuelles qui n'ont absolument rien d'agréable ni de satisfaisant. Je vous propose la lecture de l'article suivant :

Maintenir une érection, une réponse physique commune chez l’homme victime d’agression sexuelle

Il y a assurément de meilleures solutions que d’accuser à tout vent, anonymement et n’importe comment. Plus tard cette semaine, nous poursuivrons notre réflexion en explorant d’autres mécanismes plus démocratiques pour faire face au fléau des agressions sexuelles. Nous nous positionnons fermement contre des mouvements comme « Dis son nom ». Suivez-nous cette semaine pour découvrir le comment du pourquoi…

*** Ceci fait référence à la réponse des hommes face, entre autres, à des statuts de certains groupes féministes qui se sont exprimées à maintes reprises sans jamais être censurées. Elles sont peu nombreuses mais elles ont beaucoup de visibilité (Universités, médias, influenceures).  

J'ai moi-même pu lire ou entendre plusieurs déclarations de leur part : les hommes sont tous des agresseurs en puissance, les hommes qui n'ont jamais agressé une femme n'est qu'une question de temps, être un homme est une anomalie génétique (ou une maladie) parce qu'il leur manque une branche; XY au lieu de XX, la testostérone est une hormone diabolique, la masculinité est toxique, j'aimerais ou nous devrions tuer X (le chiffre diffère d'une femme à l'autre) hommes à chaque semaine ou par année, nous n'aurions besoin que de trois hommes pour neuf femmes pour la survie de l'espèce, j'ai avorté lorsque j'ai su que c'était un mâle pour ne pas mettre un monstre de plus au monde, etc. Ces féministes ne veulent pas l'égalité, elles veulent écraser, démolir les hommes.