Bonjour ! Je m’appelle Samuel. Enfin, c’est le nom que mes parents vont bientôt officiellement me donner. Dans quelques instants, je vais vivre l’événement le plus anticipé et le plus fantastique de ma courte vie ; je vais naître. Nous sommes quelque part en 2020. Enfin, c’est ce que j’ai compris puisque mes parents ne cessent de répéter à qui veut l’entendre que ma naissance est prévue pour le mois de mai de cette année. J’avoue que j’attends avec émotion ce moment. Je vais aller dans ce fameux monde dont tout le monde parle. Ils attendent tous que je vienne. Je trépigne tant d’impatience à les rejoindre, que je m’en suis retourné tête en bas. Mais ça devrait aller, c’est ce qu’une voix plus ou moins familière ne cesse de répéter au-dehors.

Mais il y a aussi une peur terrible qui m’habite depuis que j’ai compris que j’étais du sexe fort. J’avais entendu une dame parler du sexe faible par ce machin que ma maman appelle la télévision. Je sais que ma maman en fait partie. Je n’ai pas vraiment tout compris, mais j’ai appris que toutes les mamans en font partie. Donc maman aussi. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est ainsi dans ce fameux monde. Il y a le sexe faible et le sexe fort.

Papa, lui, il est comme moi. Alors je ne sais pas si je peux réellement lui faire confiance. J’ai souvent entendu dire que les hommes, c’est comme ça qu’on nomme les personnes comme moi et papa, ne sont pas dignes de confiance. Alors, est-ce qu’il est gentil ? Je crois bien, puisque je ne l’ai jamais entendu faire des trucs méchants comme j’en ai entendus par les discussions de maman et par sa fameuse télévision. Elle a l’air de bien l’aimer, ce truc. Moi aussi, je l’aime bien. Il m’apprend plein de nouvelles choses. Parfois, elles me font rire tellement que j’en donne des coups de pied à maman. Mais d’autres fois, elles me font peur.

Parce qu’il paraît que le sexe fort, c’est aussi le sexe terrible, maudit même ! On dit que les papas font parfois mal aux mamans. Que quelquefois, ils leur font tellement mal, que ça provoque notre apparition, à nous les bébés en devenir ! Il paraît aussi qu’il y a dehors un genre de petit jeu de rôle et que celui que j’ai n’est pas toujours rose. On dit que je vais devoir être fort, que l’on attend de moi certaines choses qui me sont encore étrangères. Comme le désir de posséder, de conquérir et de vaincre. Tant de choses que je devrai apprendre au contact des autres personnes en arrivant dans cet étrange monde.

Même si je ne suis pas encore né, je porte pourtant un lourd tribut : celui d’être coupable de toutes les bêtises que les gens du sexe fort ont commises avant moi. Je vous le jure, je n’ai encore rien fait à personne, sauf peut-être taquiner maman du pied, mais il semble que je sois responsable des actes de ceux qui sont venus avant moi. Même de ceux de papa. Je ne sais pas encore ce qu’il a fait de mal au juste, mais je vais finir par le découvrir. C’est ça aussi qui me donne la frousse.

Et si papa était comme ces monstres que j’entends parfois à la télévision ? Et si papa est aussi comme ça, est-ce que ça veut dire que je vais moi aussi en devenir un, un monstre ? La dame que j’ai entendue l’autre fois à la télévision, celle qui parlait du sexe faible, disait que si rien n’empêche les hommes, ils sont capables du pire. Surtout quand ils ont quelque chose de précieux que les gens appellent le pouvoir. Ça doit être précieux parce que ça monte à la tête. Enfin, c’est ce que les gens disent.

J’ai aussi entendu que les hommes en ont beaucoup, du pouvoir. Il paraît même que l’on en a trop. Ça non plus, je ne l’ai pas tout à fait compris. Mais il semble que quand je vais naître, je vais moi aussi recevoir de cette chose. Ce que je ne saisis pas, c’est pourquoi, si certains en ont en trop, ils ne le donnent pas à ceux qui n’en ont pas assez ? Et surtout, pourquoi il y a une loi contre ça ? Celle-là, c’est celle de la jungle. C’est un truc qu’il faut suivre, il semblerait. Ça doit être un regroupement de papas et de mamans qui a beaucoup de pouvoir…

D’après ce que j’ai compris, beaucoup de choses tournent aussi autour du sexe là où je vais. Et ce mot semble vouloir dire plein de choses à la fois, même si je ne sais pas trop lesquelles. Il y a plein de mots qui m’échappent encore ; comme racisme, sexisme, machisme, féminisme, masculinisme, humanisme… Mais pour tous ces trucs, il paraît que c’est assez facile. Un homme l’autre jour par la télévision disait qu’il y avait plein de constructions sociales sur lesquelles je pourrai prendre exemple pour comprendre rapidement. Il disait même que j’aurai presque tout appris sur ça avant mes six ans ! On verra bien.

Mais du coup, tout ça me fait peur. Je ne sais pas si je pourrai arriver à être moi-même en dehors de toutes ces choses. Il semble que l’on attende beaucoup de moi. Alors que tout ce que je veux, c’est pouvoir être moi…

Peut-être que j’arriverai à trouver un moyen d’y arriver, même si je ne sais pas encore trop de quelle manière. Il me faudra bien essayer, de toute façon. Pas le choix. On m’attend. Alors… prêt ou pas prêt… j’arrive…

Donald Duguay

Fondateur - rédacteur

Fondateur du mouvement, il est animé d’une grande passion à venir en aide au suivant. De victime d’agression sexuelle à survivant, il choisit maintenant de devenir un agent de changement au service de la cause.