La manifestation #MoiAussi : Contexte

La manifestation #MoiAussi est devenue virale aux alentours du 15 octobre 2017, suite à la polémique médiatique et journalistique portant sur le thème du harcèlement et d’agression sexuelle. Ce phénomène permit à une multitude d’individus à travers la planète entière de notifier aisément, sur tous les réseaux sociaux, grâce au hashtag #MoiAussi qu’ils ont été à n’importe quel moment de leur existence, victimes d’une quelconque inconduite sexuelle, de violences sexuelles ou de harcèlement sexuel. Après qu’une multitude de personnes aient employé ce hashtag sur le Net, celui-ci est très rapidement devenu populaire sur les réseaux sociaux avant de devenir le centre d’intérêt d’autres médias et par la suite, le centre d’intérêt des débats publics. Cette manifestation devint ainsi l’une des plus grandes manifestations des victimes de violences et de harcèlement sexuel.

Cette période fut marquée par des manifestations similaires, telles que #EtMaintenant ayant pour but de sensibiliser le plus grand monde sur les violences sexuelles. Ce débat de plus en plus accentué ces deux dernières années, vu que de nombreuses célébrités se sont retrouvées accusées de violences ou d’inconduites sexuelles dans cette période. Des actions pour apporter du soutien aux victimes ont été entrevues et avaient pour objectif de les motiver à narrer les faits, tout en recevant du soutien en parallèle.

Les conclusions de l’étude qui suit démontrent que les agressions notifiées par la police ont sans cesse augmenté après la manifestation #MoiAussi. Nombreux sont les postes de police ayant pointé du doigt le mouvement #MoiAussi, de même que les manifestations similaires comme étant à la base de la hausse du nombre de dénonciations d’agressions sur leurs territoires respectifs (Laframboise, 2017 ; Coubrough, 2018 ; Winiewski, 2017 ; Mehta, 2018 ; Smith, 2018)

En tenant compte des affaires que la police juge fondées, le nombre de violences sexuelles notifiées en 2017 serait supérieur à celle de toutes les autres années depuis 1998.

- Octobre 2017 : les déclarations d’agressions sexuelles par la police ont atteint un seuil important, tandis qu’au même moment, le mouvement #MoiAussi était au centre des polémiques médiatiques. Le nombre de déclarations établies les mois d’octobre et de novembre 2017 est resté supérieur à tous les autres mois, et ce depuis que les données comparables existent, soit 2009.

- La plupart des cas d’agression sexuelle notifiée à la police suite au mouvement #MoiAussi, ont eu lieu, un court laps de temps avant qu’ils ne soient signalés : presque, la moitié des agressions ont eu lieu le même jour où elles ont été signalées à la police et près du quart au cours du mois antérieur. Suite à la manifestation, le taux d’agression est devenu plus élevé, encore plus que sur ces 10 dernières années.

- Au Québec, le taux d’agressions sexuelles a augmenté de 61 %, soit le taux le plus élevé jamais enregistré dans la région. Les régions telles que Sherbrooke, Saguenay, Montréal, Ontario, Brantford et les régions de recensement de la métropole du Québec ont chacune une hausse de plus de 65 %.

- Depuis la tenue de la manifestation, le nombre de coupables présumés identifiés a baissé, la proportion de personnes inculpées lorsque le supposé coupable est identifié est demeurée invariable quant à elle.

- Les proportions d’âge et de sexe des personnes victimes sont demeurées la même avant et après la manifestation. Les femmes de moins de 25 ans affichent toujours les plus hauts taux d’agressions sexuelles notifiées par la police, soit 55 % avant le mouvement et 56 % après.

- Suite à la manifestation, les agressions sexuelles notifiées à la police impliquaient de plus en plus des connaissances aux victimes, même dans les situations où le coupable présumé n’est pas encore désigné par la police.

- Après le mouvement #MoiAussi, le nombre d’agressions sexuelles ayant pour coupable un individu avec qui la victime entretient une relation de travail a augmenté, mais ces cas demeurent une minorité parmi tous les cas d’agression sexuelle soit environ 4 %.

- Suite au mouvement #MoiAussi, le nombre de notifications d’agressions sexuelles en milieu scolaire, a encore augmenté principalement dans les universités et les collèges, bien que ces cas soient mineurs.

- Le nombre d’auteurs de violences sexuelles identifiés, dont la tranche est située entre 12 et 17 ans a encore augmenté.

Journal des violences sexuelles notifiées par la police

En 2017, le nombre de cas d’agressions sexuelles était le plus haut depuis 1988.

Le nombre de cas de violences déclarés à la police a suivi une évolution plutôt constante depuis que les données nationales comparables et publiées sont devenues consultables. Cette évolution se confirme aussi pour certains crimes violents. Ces affaires sont en majeure partie signalées durant les mois d’été par rapport aux autres périodes.

Cette tendance fut brisée en 2017 vu que de nombreux cas d’agression ont été signalés à la police, notamment en octobre et en novembre. Ces cas d’agression sont les plus élevés depuis 2009.

-------------------------------------

* Ne manquez pas la deuxième partie : Agressions sexuelles non fondées - Comportement au sein de la police

* Ne manquez pas la troisième partie : Conclusion de l'enquête sur l'impact du mouvement

Donald Duguay

Fondateur - rédacteur

Fondateur du mouvement, il est animé d’une grande passion à venir en aide au suivant. De victime d’agression sexuelle à survivant, il choisit maintenant de devenir un agent de changement au service de la cause.