Ce soir, j’ai eu une brève discussion avec un nouvel ami, un homme qui s’élève de la masse et qui dit haut et fort avoir été victime d’une agression sexuelle. Il m’apporte beaucoup ce nouvel ami même s’il ne le pense sûrement pas…

C’est qu’il vit en ce moment, les mêmes choses ou étapes que j’ai traversées moi-même il y a quelque temps. Ayant également été victime d’une agression sexuelle, je sais pour l’avoir vécu, que s’en sortir n’est pas une mince affaire !

S’en sortir

Mais il le fait avec brio. J’ai d’ailleurs confiance en lui et en son avenir. J’ai confiance qu’il se déterminera un futur heureux.

Pour ma part, j’ai également porté plainte et j’ai vécu les hauts et les bas, les découragements et les multiples claques sur la gueule qu’on peut recevoir dans de telles situations. Lorsque mon ami me parle de lui à mots couverts parce qu’il s’impose une pudeur certaine, sans s’en rendre compte, il me rappelle de prendre soin de moi, de prendre le temps de prendre le temps et de me donner cette même douceur qu’il se donne présentement.

C’est vrai que j’ai tendance souvent à mettre de côté ces fâcheux souvenirs reliés à l’agression que j’ai subie en me disant que cela fait partie du passé et qu’il ne fait pas bon le visiter. Mais, j’oublie, ce faisant, que ce passé est le mien, beau ou moins beau, et qu’il m’a beaucoup aidé à décider qu’elle personne j’allais devenir… décider de la femme que je suis maintenant.

Retrouver sa dignité

Cet ami, dans toutes ses tempêtes de vie, me rappelle d’être fière de moi d’avoir su surmonter, oui, tant de bouleversements que je m’en sens plus forte désormais.

Lui, il ne se rend pas compte de tout ce qu’il me permet de vivre à son contact. Il ne le sait pas. Et c’est légitime puisqu’il est à se battre pour se nommer, pour la justice, pour éviter que ce genre d’agression ne soit perpétré une fois de plus, une fois de trop, par un individu trop sûr de lui et surtout certain que personne ne porterait plainte un jour.

J’ai tout de suite aimé mon ami, dès nos premiers échanges, car il est vrai. Quand on est plaqué au sol, il ne nous reste que notre authenticité souvent ! Et c’est tout authentique qu’il laisse filer quelques mots ici et là pour me parler de ses maux.

Les agressions

Devant ces trop nombreux actes de violence et de contrôle traduit par une sexualité malsaine, il est nécessaire que certaines personnes, comme moi, comme mon ami, se manifestent et clame l’impardonnable qu’on leur a fait subir.

Je parlerai en mon nom pour dire que c’est au moment de me donner que j’ai commencé à quitter ce rôle de victime qu’on m’avait imposé. Cela ne s’est pas fait en claquant des doigts, mais chaque pas que je faisais se faisait dans cette direction-là.

Ce soir, je suis heureuse de savoir que mon ami, qui n’avait pourtant que peu d’espoir avant, s’en sort si majestueusement. Ça prend un grand HOMME pour se montrer vulnérable et un encore plus grand pour qu’il dénonce le mal qu’on lui a fait.

Remerciements

Merci à cet homme qui fait maintenant partie de ma vie. Il est d’une force inimaginable et c’est tout ce qu’il considère comme de petites faiblesses qui le rendent si fort à mes yeux.

Oui, prends soin de toi. Donne-toi cette douceur qui te manque tellement et qui t’a fait défaut trop souvent dans ta vie. Je sais que le jour venu, tu retrousseras les manches, tu relèveras la tête et la justice t’écoutera et nous aidera à faire s’effondrer les agresseurs.

Josée Durocher

auteure et blogueuse

Elle a choisi d’épouser trois causes sociales importantes: l’autisme et les agressions sexuelles ainsi que les violences conjugales. Ayant été victime trop souvent dans sa vie, elle a su, à force de résilience, se relever la tête et marcher vers son chemin de guérison. C’est un message positif qu’elle partage avec ses mots qui se veulent de véritables phares dans la noirceur trop commune vécue par trop de personnes.